Visite de Bordeaux

Visite de Bordeaux

Bordeaux, ville d’histoire

Si pour les amateurs de grands crus, Bordeaux est la capitale incontournable de la dégustation, il n’en reste pas moins que cette ville du Sud-ouest reste une cité au riche passé historique. D’ailleurs, une simple ballade dans les rues du vieux Bordeaux suffit pour s’en rendre compte :le Monument aux Girondins, la Basilique Saint-Michel, la Cathédrale Saint-André, le Grand Théâtre… etc
Bordeaux regorge de mille et un trésors architecturaux à découvrir.

(cliquer sur la 1ère photo avec le bouton G de la souris pour l’agrandir

puis sur le triangle blanc en haut à droite

les autres photos vont défiler automatiquement)

 

Les sites et monuments historiques à visiter dans Bordeaux

Au IIIe siècle, Bordeaux également appelé « La petite Rome », est une ville gallo-romaine très prospère. Le commerce du vin au Moyen Age a largement contribué à l’expansion économique de la ville.

C’est au XVIIe siècle, sous l’influence des intendants royaux, que des urbanistes et architectes renommés ont transformé la ville. La récente transformation des quais et leur aménagement, voulu par le maire actuel, en font le nouveau cœur de la ville.

Ce site unique sur les bords de la Garonne accueille de nombreuses escales de paquebots de croisière.

Placé sur la route des Chemins de Saint Jacques de Compostelle, Bordeaux et plusieurs de ses monuments sont maintenant inscrits au Patrimoine Mondial de l’UNESCO.
De nombreux sites et monuments historiques sont ouverts et nous attendent pour une visite.

1 – Esplanade des Quinconces et Colonne des Girondins

En bordure de la Garonne, l’esplanade des Quinconces avec ses 12 ha, est la plus grande place de France et l’une des plus grandes d’Europe. Le nom de la place vient de la Révolution quand après le démantèlement du château Trompette qui occupait alors les lieux (démoli en 1816), des arbres furent plantés en « quinconce » sur l’esplanade. Au centre de la place se trouve les statues en marbre de Montaigne et Montesquieu.
Cette place est agrémentée, côté fleuve, de deux colonnes rostrales (une colonne rostrale est une colonne triomphale de grande dimension destinée à commémorer une victoire navale ou des campagnes maritimes victorieuses). Dessinées par Poitevin(1829), ces rostrales font références à la victoire des Romains face aux Carthaginois.
A l’opposé de la place, se dresse le fameux monument aux Girondins datant de 1894. Il a été érigé à la mémoire des députés Girondins. Cet ouvrage se compose d’une colonne haute de 54 mètres, surmontée par une statue de bronze de la Liberté et encadrée par deux fontaines de bronze. Ces fontaines représentent d’un côté le Triomphe de la République, le Travail, la Sécurité, la Force alors que le Vice et l’Ignorance sont jetés à bas, et de l’autre côté, c’est une allégorie du Triomphe de la Concorde avec la Fraternité, l’Abondance et le Bonheur.

2 – Grand Théâtre, (place de la Comédie) XVIIIe siècle

Chef-d’œuvre d’architecture néo-classique, commandé par le maréchal de Richelieu, gouverneur de Guyenne, édifié par l’architecte Victor Louis entre 1773 et 1780, Le Grand Théâtre de Bordeaux a été inauguré le 7 avril 1780 avec la représentation de l’Athalie de Jean Racine.
Le Grand Théâtre qui abrite une salle de spectacle d’un millier de places, est un exemple parfait de théâtre à l’italienne. Il a retrouvé, à l’occasion de sa dernière restauration en 1991, sa décoration d’origine intérieure bleue, or et marbre blanc. Aujourd’hui, siège de l’Opéra national de Bordeaux, le Grand Théâtre accueille également les concerts symphoniques de l’Orchestre national Bordeaux Aquitaine.
Sa façade présente douze colonnes corinthiennes surmontées de statues de pierre représentant les neuf muses ainsi que les déesses Junon, Vénus et Minerve.
Le Grand Théâtre de Bordeaux est Classé monument historique.

3 – Flèche Saint-Michel et crypte, XVe siècle (Place Canteloup)

La flèche Saint Michel, le plus haut édifice de Bordeaux, a la particularité comme la cathédrale Saint André, d’être isolée de l’édifice religieux. Le poids de la tour risquait de compromettre la solidité de la basilique construite sur un sol instable. Cette tour de 114m de haut a été bâtie entre 1472 et 1492 et restaurée au XIXème siècle par l’architecte Paul Abadie. Elle héberge un carillon composé de vingt-deux cloches.
Les visiteurs peuvent gravir un escalier qui les mènent, après une pause dans une petite salle présentant une exposition permanente qui retrace l’histoire du bâtiment, à 47m du sol pour profiter d’un panorama unique sur le Port de la Lune et la ville.

 4- Basilique St Michel 

Financée par les bourgeois et par les différentes corporations d’artisans, la basilique Saint-Michel fut édifiée entre le 14e et le 16e siècle. Elle présente une grande unité architecturale, d’un style gothique flamboyant.
Classée monument historique dès 1846, l’église Saint-Michel est inscrite sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO depuis 1998 au titre des chemins de Saint-Jacques-de-Compostelle en France. Elle est l’un des plus grands lieux de culte bordelais.
La nef, haute de 23 mètres, compte quatre travées et est entièrement couverte d’une voûte d’ogives oblongue, de même que les bas-côtés. Un large transept saillant sépare symboliquement la nef du chœur, formé de trois travées et qui reprend les dispositions de la nef. Trois absidioles polygonales ferment l’ensemble.
Les bas-côtés sont doublés d’une série de 17 chapelles latérales, chacune d’elle étant dédiée à une confrérie ou à une corporation.
Parmi les autres œuvres d’art que renferme la basilique, notons également une pietà datée de la fin du XVe siècle et une sculpture représentant Sainte Ursule abritant sous son manteau les vierges martyres de Cologne. Dans la nef, une chaire du XVIIIe siècle alliant bois d’acajou et panneaux de marbre est surmontée d’une statue de Saint Michel, patron de l’église.

5- Quartier des Chartrons

Ce quartier doit son nom à la présence d’un couvent de l’ordre des chartreux. Il est situé au nord du centre-ville historique, en bordure de la Garonne. Il a la forme d’un rectangle.
L’essor de cette zone, ancien marécage drainé, commence avec l’installation au XVIIe siècle de négociants Anglais, Flamands et Irlandais. Obligés de s’installer hors les murs, ils créent une aristocratie du vin influente et leur proximité avec le monastère les fait surnommer « chartrons » par la population bordelaise. Courtiers et négociants, ils fondèrent des entreprises qui vendaient le vin dans leur pays d’origine. Peu à peu, de vastes entrepôts de vieillissement et de stockages sont construits le long de la Garonne. Ils étaient destinés à recevoir le vin qui arrivait en gabarre du haut pays du vignoble du sud-ouest et à préparer les vins pour les expéditions vers l’Europe du nord. L’irlandais Pierre Mitchell y installe en 1723 la première verrerie bordelaise qui devient la principale fabrique de bouteilles de France et facilite la commercialisation et l’exportation du vin.
Dans les années d’après-guerre, le quartier est progressivement déserté par les négociants. La réputation du quartier en souffre, entre des entrepôts vides laissés à l’abandon.
À l’aube des années 2000, cette zone, proche du centre-ville, à l’architecture ancienne typique, et le front de Garonne incitent les décideurs à entreprendre sa réhabilitation. De vastes programmes créent des habitations et des bureaux modernes en préservant les façades chargées d’histoire. De mal famé, le quartier devient moderne et se trouve colonisé par les antiquaires et brocanteurs. Les restaurants et bistrots du front de Garonne donnent une vie diurne et nocturne au quartier devenu branché.

6- Halle des Chartrons

Bâtie en 1869 par l’architecte municipal Charles Burguet (1821-1879), la Halle des Chartrons est un témoin précieux de l’architecture métallique de la fin du XIXe siècle. Construit en lieu et place d’un premier marché datant de la Révolution, ce petit édifice octogonal pourvu de dix-huit baies en plein cintre et d’une charpente métallique bénéficie d’une luminosité et d’une ouverture sur l’extérieur tout à fait exceptionnelles. Restaurée en 1998, la Halle est le lieu privilégié de nombreuses manifestations culturelles : concerts, expositions, salons
Lieu : place du marché des Chartrons

 

7- Église St Louis des Chartrons

L’église Saint-Louis des Chartrons est située dans le quartier du même nom, au milieu de la rue Notre-Dame
Elle a été édifiée entre 1874 et 1879. Œuvre de l’architecte Bordelais Pierre-Charles Brun (1825-1902), c’est un édifice typiquement néogothique.
A l’extérieur, la façade à quatre contreforts terminés par des clochetons présente de jolis vitraux. On distingue également un portail central, une petite cour intérieure soutenue par deux larges piliers, ainsi qu’une très belle rosace.
L’intérieur de l’édifice est constitué d’une nef à trois étages et de petites chapelles aux sculptures raffinées
Elle abrite, entre autres, des vitraux de Henri Fleur et de Nicolas Lorin, des autels de Bernard Jabourin et de Victor Lambinet, et des fonts baptismaux en marbre de Carrare. Elle possède également une superbe sacristie en bois d’acajou du 18e siècle, et le plus important orgue de tribune, et sans doute le plus beau, de toute la région Aquitaine.

8 – Musée d’Aquitaine

Installé depuis 1987 dans les locaux de l’ancienne Faculté des Lettres et des Sciences construite par l’architecte Pierre-Charles Durand, le musée d’Aquitaine retrace l’histoire de Bordeaux de la préhistoire à nos jours.
Le musée d’Aquitaine rassemble, sur 5 000 m², environ 700 000 pièces réparties en trois domaines : archéologie, histoire et ethnographie. Une partie consacrée aux arts d’Afrique et d’Océanie rappelle l’activité portuaire de Bordeaux.
Le musée propose également chaque année, une ou deux expositions temporaires sur l’histoire et les cultures du monde. Tout au long de l’année possibilité de visites commentées, ateliers, débats, rencontres, projections, concerts…

9 – Palais Rohan, XVIIIe siècle (Actuellement Hôtel de Ville)

Ancienne résidence de l’archevêque de Bordeaux Ferdinand Maximilien Mériadec de Rohan, hôtel du département, siège du tribunal révolutionnaire en 1791, hôtel de la préfecture en 1802, palais impérial de Napoléon Ier en 1808, château royal en 1815 sous Louis XVIII, le palais Rohan devient hôtel de ville en 1835.
À l’intérieur, des salons de style Louis XVI en boiseries de tilleul sont décorés de motifs végétaux réalisés par le sculpteur Barthélémy Cabirol. La salle à manger, décorée en 1783-84 par le peintre Giovanni Antonio Berinzago, présente un décor de peintures en trompe-l’œil de style pompéien. L’escalier d’honneur monumental (dessiné par Bonfin) est considéré comme un des chef-d’œuvre de stéréotomie française.
Ce monument est inscrit à l’Inventaire des Monuments historiques.

10- Place de la Bourse

Cette place, ancienne place Royale,est une des œuvres les plus représentatives de l’art architectural classique français du XVIIIe siècle. Au nord se tenait le Palais de la Bourse (actuelle Chambre de Commerce et de l’Industrie de Bordeaux) et au sud l’Hôtel des Fermes (actuelle Direction Interrégionale des Douanes et Droits Indirects qui abrite le Musée national des Douanes).
On peut observer sur les bâtiments des frontons et des mascarons.
Les frontons représentent la grandeur des princes. Les mascarons reflètent, ici, l’histoire de Bordeaux avec par exemple la reproduction de visages de femmes africaines en référence à la traite négrière qui fit la richesse de la ville avec le commerce triangulaire.
La fontaine des « Trois Grâces » en bronze et en marbre qui orne le centre de la place a été inaugurée en 1869, elle remplace une statue équestre en bronze de Louis XV, fondue au moment de la Révolution. Les trois Grâces, filles de Zeus portent les noms de Thalie, Aglaé et Euphrosyne.

10- Le miroir d’eau

Bordeaux est dotée depuis fin juillet 2006 du plus grand miroir d’eau du monde (3 450 m2). Situé face à la place de la Bourse, entre le quai de la Douane et le quai Louis XVIII, le miroir d’eau alterne des effets extraordinaires de miroir et de brouillard.

Le miroir d’eau est l’élément central des quais de Bordeaux réaménagés.

11- Place du Parlement

La place du Parlement a été créée en 1760 sous le nom de place du Marché Royal puis elle a été rebaptisée place de la Liberté à la Révolution française. Sa dénomination actuelle garde la mémoire du Parlement de Bordeaux institué en 1451 et supprimé en 1790.
Le sol se compose de grandes dalles de calcaire doré.
Les immeubles qui la bordent, datent de la première moitié du XVIIIe siècle. Les façades sont très richement décorées. Elles sont ordonnées en travées construites sur trois niveaux avec hiérarchie des baies, séparées horizontalement par un jeu de bandeaux ponctués de mascarons et d’agrafes. Elles sont surmontées de balustrades, de balcons en fer forgé.

La fontaine du Parlement date du Second Empire. Elle fut installée en 1865. C’est une belle illustration du style néogothique anglais. Son soubassement est composé de grosses dalles de pierre dorées.

12- Les Ponts :

Le Pont de pierre

 Le pont de pierre est un pont à voûtes en maçonnerie franchissant la Garonne. Il permet de relier le centre ville au quartier de La Bastide, sur la rive droite.
Ce pont a été construit sur ordre de Napoléon Ier entre 1810 et 1822.
D’une longueur de 487 mètres, l’ouvrage présente 17 arches (ce nombre correspondrait aux 17 lettres de Napoléon Bonaparte) construites sur 16 piles. La largeur du pont, initialement de 14,6 mètres, a été élargie à 19 mètres en 1954. Il est construit en pierre et en brique, avec la particularité de comporter des espaces vides intérieurs
Il est inscrit monument historique depuis le 17 décembre 2002.

Le Pont Jacques Chaban-Delmas

Le pont Jacques Chaban-Delmas, à Bordeaux, est un pont franchissant la Garonne entre le pont de pierre et le pont d’Aquitaine.Il a été ouvert le 16 Mars 2013.
Il présente une longueur totale de 575 mètres avec 433 mètres de pont principal et 117 mètres de travée levante permettant de préserver les trafics maritime, fluvial et événementiel.
Les pylônes du pont, protégés d’éventuels chocs par des îlots de béton en amont et en aval, présentent une hauteur de 77 mètres. Sa largeur varie de 32 à 45 mètres suivant les différentes sections.

Le Pont d’Aquitaine

Le pont d’Aquitaine (terminé en 1967) est un pont métallique suspendu situé sur la rocade de Bordeaux. Il traverse la Garonne pour relier les villes de Lormont et de Bordeaux. Il a une portée de 394 m pour une longueur de 1 767 m, 58 m de hauteur, et 20,90 m de largeur.

13- Les portes

Porte de Bourgogne

La porte de Bourgogne appelée aussi porte des Salinières, est un monument classé monument historique depuis le 2 juin 1921.
Elle est située à l’extrémité des anciens fossés des Salinières actuels Cours Victor-Hugo (ancienne rue des Fossés) à l’emplacement de l’ancienne porte médiévale des Salinières. Elle marque l’entrée officielle de la ville sur l’ancienne route menant à Paris
Elle a été un temps la Porte Napoléon pour célébrer la venue de l’Empereur à Bordeaux en 1808

La Grosse Cloche (porte St Eloi)

Édifiée au XVe siècle sur les vestiges de l’ancienne Porte Saint-Éloi du XIIIe siècle elle servait de passage aux pèlerins en route vers Saint-Jacques de Compostelle.
La Grosse Cloche était alors le beffroi de l’Hôtel de ville au Moyen-Age et pendant l’Ancien Régime.
C’est Henri II au XVIe siècle qui ajouta la cloche et l’horloge. La Grosse Cloche fut restaurée après l’incendie de 1757 qui détruisit une partie du beffroi. La cloche actuelle pèse 7800Kg et mesure deux mètres de hauteur et de diamètre.
Au-dessus d’elle se trouve un cadran à équation solaire.
L’ensemble de la porte, était composée à l’origine de quatre tours, auxquelles deux autres tours d’un étage ont été ensuite ajoutées. Le site d’ aujourd’hui comprend deux tours circulaires de 40 mètres de haut reliées par un bâtiment central et dominée par le léopard d’or. Au centre la grille en fer forgé (XVIIIe siècle) ferme la baie dans laquelle se trouve la cloche ainsi qu’un écusson représentant les armes de la ville. Sur la face nord, on voit des gargouilles grimaçantes du XVe siècle avec des inscriptions gravées sur marbre noir et datées de 1592.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Taper le résultat du calcul puis votre commentaire *valider à laisser un commentaire Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.