Voyage en Pays Agenais

Voyage en Pays Agenais

Voyage en Pays Agenais

Visite de Nérac

La ville de Nérac est une ville du sud ouest de la France. Elle est située dans le département du Lot-et-Garonne en région Nouvelle Aquitaine. Ses habitants se nomment les Néracais et les Néracaises.
Il semblerait que la ville ne fut créée qu’au début du XIe siècle même si de nombreux vestiges gallo-romains furent retrouvés aux alentours.
Le petit hameau fortifié de l’époque connaîtra une croissance tranquille jusqu’au XVIe siècle. Il devient alors la possession des seigneurs d’Albret et de Navarre, auparavant installés dans le Béarn. Cette puissante famille (qui comprend Marguerite de Valois – la soeur de François Ier, Henri III – qui deviendra roi de France sous le titre d’Henri IV,…) apprécie beaucoup Nérac et s’y installe pendant de longues périodes. Le petit château est étendu, des parcs sont créés,…

La cité garde aujourd’hui de nombreuses traces de cette période faste (le château Henry IV abritant le musée archéologique, les jardins le long de la Baïse, les belles demeures à colombages,l’ Eglise de Saint-Nicolas, le vieux pont…).

On a  beaucoup de plaisir à découvrir ce patrimoine, à se balader le long de la rivière Baïse ou à profiter d’une magnifique croisière  en gabarre  avec passage d’une écluse…

C’est à Nérac qu’est née l’expression « conter Fleurette ».

Fleurette était le nom d’une jeune fille amoureuse du futur roi Henri IV. Celui-ci ne vint pas à un rendez-vous et la légende dit que la belle, de désespoir, se jeta et se noya dans la Baïse. C’est également de ce prénom que semble venir le verbe « flirter ».

 

(cliquer sur chaque photo avec le bouton G de la souris pour l’agrandir)

Visite d’Agen

 

. 1-La Cathédrale Saint Caprais

Construite au XIIe siècle, afin de perpétuer le mémoire de Saint Caprais, premier martyr de la ville, la cathédrale, monument phare de la ville d’Agen, est inscrite au patrimoine mondial de l’Unesco, au titre des Chemins de Saint Jacques de Compostelle. Saccagée à plusieurs reprises, la cathédrale Saint-Caprais présente des particularités architecturales, mêlant le roman pour l’abside et le gothique pour la nef. Le clocher, édifié plus récemment, est la combinaison de trois styles gothiques. Sur les magnifiques absidioles romanes, côté Est, on peut observer de magnifiques modillons tout à fait cocasses, notamment un petit cochon qui se cache les yeux.

(cliquer sur chaque photo avec le bouton G de la souris pour l’agrandir)

2-La rue des Cornières

La rue des Cornières renferme quelques-unes des plus anciennes maisons d’Agen.

Les cornières désignent un type de construction répandu dans les bastides du Sud-Ouest : une place, entourant la halle, la mairie ou encore une fontaine, et, tout autour, une suite de maisons sur arcades et piliers avec une galerie couverte et des commerces en rez-de-chaussée.

Les Cornières d’Agen sont ainsi formées d’une rue bordée d’arcades menant à une place elle-même à arcades, la Place du Marché (actuelle Place des Laitiers). Les arcades formant une galerie couverte ouvrent sur des boutiques, au-dessus desquelles est aménagé le logement du marchand et de sa famille. La plus ancienne maison sur cette rue date, au vue d’une inscription, de 1325.

(cliquer sur chaque photo avec le bouton G de la souris pour l’agrandir)

3-Rue des Juifs

La plus étroite de la ville. Idéalement située, entre le quartier des commerçants et le quartier aisé, la ruelle des Juifs est l’endroit où les usuriers et les banquiers avaient pris l’habitude de s’installer. Cela ayant commencé à s’estomper à partir du XIVème siècle, il n’en reste rien aujourd’hui mais cette rue n’en demeure pas moins la plus étroite de la ville.

L’Hôtel de Vaurs, édifié sur un plan en L entre deux cours, ce bâtiment est remarquable par sa façade principale en pierre richement décorée, ouverte sur la cour d’honneur, rue des Juifs. Un beau portail en plein cintre permet d’accéder à la cour intérieure.

(cliquer sur chaque photo avec le bouton G de la souris pour l’agrandir)

4-place du docteur-Esquirol

Le Musée des Beaux-Arts

Situé au centre-ville au sein de quatre superbes hôtels particuliers de la Renaissance, le musée fut fondé en 1876 et est considéré comme l’un des plus riches du Sud-Ouest. Il présente une vaste collection de peintures, de sculptures, de meubles et de faïences allant du Moyen-Âge à la Renaissance.

Le Théâtre Ducourneau

Le premier théâtre de la ville fut construit à la suite de la visite de Napoléon dans la ville en 1808. Cependant le bâtiment se révéla très vite insuffisant. Au début du vingtième, sous le gouvernement d’Armand Faillères, on construisit le théâtre Ducourneau, lequel a pris le nom du mécène qui en avait financé les travaux.

Il a été inscrit au titre des monuments historiques en 1986.

(cliquer sur chaque photo avec le bouton G de la souris pour l’agrandir)

5-La rue Beauville

Après la visite de la  place Esquirol avec le théâtre Ducourneau, nous nous sommes dirigés vers la rue Beauville. Agen fut bien une cité médiévale, et nous en découvrons la preuve. Le ciment laisse la place aux maisons à colombages : bois, moellons, briques, torchis, la ruelle se pare de couleurs. Les grands espaces se transforment en venelles.

Les maisons ont été conçues sur le système de construction en encorbellement, cela signifie que la superficie du rez-de-chaussée est moins importante que celle des étages.

Ce système pourrait être qualifié d’ancêtre de la niche fiscale puisque les impôts étaient calculés sur la surface au sol. Les propriétaires gagnaient donc un peu plus d’espace à chaque étage sans en payer les frais. Les maisons à encorbellement, typiques de la période médiévale, facilitaient également le passage des charrettes chargées de marchandises : les ruelles étaient tellement étroites que c’était un bon moyen pour gagner de l’espace. Le porche d’angle en «trompe renversée» d’une des façades a également été conçu dans ce but.

Ce site exceptionnel est classé aux Monuments historiques depuis 1993.

(cliquer sur chaque photo avec le bouton G de la souris pour l’agrandir)

Visite de la bastide de Puymirol

Bastide de Puymirol

Puymirol est perché en haut d’un éperon rocheux et une partie de ses remparts est encore intacte ainsi que des vestiges d’une ancienne tour  d’observation :  la Tour Ficat

Cette petite ville près d’Agen  est la plus ancienne bastide du Lot-et-Garonne, ayant été fondée en 1246. C’est l’une des villes de la jolie région du Pays Agenais.

On entre dans le centre du vieux village par la Porte de la Citadelle, c’est l’une des entrées d’origine qui traverse les défenses de la ville construites au 13ème siècle.

Bien qu’il s’agisse officiellement d’une bastide, le centre de Puymirol se trouve le long de la rue principale, la Rue Royale, et non pas autour d’une place centrale, ce qui est inhabituel pour une bastide. Le centre du village contient beaucoup de beaux bâtiments en pierre avec des arcades médiévales et aussi une église, l’Eglise de Notre-Dame du Grand-Castel, avec son portail du 13ième siècle composé d’une série d’arcs richement sculptés.

(cliquer sur chaque photo avec le bouton G de la souris pour l’agrandir)